mardi 8 mars 2016

2015 – Kukicha, Hiruma Yoshiaki, Iruma, Saitama, Japon

Dégustation du 7 mars 2016
 

Informations et provenance : Ce kukicha est un échantillon généreusement offert par Niva (Humeurs d'un paradoxe), obtenu à l'origine dans l'OST6 du Forum des Amateurs de Thé -- opération spéciale portant sur les thés d'Hiruma Yoshiaki, un producteur de sencha au Japon.
L'OST6 était une redite de l'OST4 qui avait eu lieu l'année précédente -- j'avais alors pu participer, mais je n'avais pas pris de Kukicha car je craignais les effets nocifs sur mon estomac (ayant eu des expériences précédentes désagréables avec ce type de thé). Cela dit, j'ai bien changé depuis la dernière fois que j'en ai bu, je n'y ai pas retouché depuis 2010, et après la dégustation d'hier je ne crains plus rien. Testons ! ^^


Détails d'infusion : 3 gr. / 85 ml en Kyusu de Tokoname. Eau filtrée Brita, maintenue entre 70 et 80°C en Glass Kettle. Pas de rinçage. Temps d'infusion : 30s. -15s. - 45s. - 1m30s. - 3m. - dernière au jugé. Total de 6 infusions.


Vue : C'est un kukicha, l'échantillon est donc fait de feuilles et de tiges mêlées. L'effet est joli, plus qu'avec le dernier que j'ai eu -- ici les tiges sont très pâles et jaunes, ce qui rend un contraste intéressant à l'oeil avec les feuilles bien vertes.
La liqueur est jaunâtre sur la première infusion, mais dès la deuxième elle prend une teinte vert clair, probablement en partie à cause des nombreuses particules de feuilles en suspend dans l'eau.


Odeur : Dans le paquet que Niva m'a envoyé, il y avait entre autres choses deux sachets de thé (dont celui-ci) et des brisures de bonbons des Vosges à l'eucalyptus. La description des parfums avant infusion de ces thés est donc délicate, car je soupçonne une contamination -- les deux ont les mêmes odeurs de bonbons et de pain d'épice. o.O (ça sent bon hein, c'est pas ça le souci ^^)
Dans le kyusu préchauffé, cela dit, je commence à me demander ce qui s'est produit -- alors que je perçois bien une trace de la verdure dont les autres comptes-rendus parlent, je renifle également de la brioche, des saucisses bouillies, du sucre, du pain d'épice et des friandises. o.O Les feuilles humides et l'odeur sous le couvercle ayant les mêmes parfums, je jette l'éponge. Ça sent bon, mais ça ne sent pas le kukicha. ^^
Heureusement le fond de tasse rattrape tout ça -- les parfums ici sont sur le fruit exotique, à mi-chemin entre la pêche et l'ananas.


Goût : La première infusion est étrange -- j'ai d'abord un goût de charcuteries sur la langue, puis une vague d'amertume à laquelle se succède des saveurs de mangues et d'ananas ! Une belle finale mentholée bouche l'ensemble.
La deuxième infusion, elle, est directement sur l'ananas. Je l'ai laissée refroidir et à un moment elle a laissé apparaître quelques traces plus végétales, mais c'est rapidement passé et bam, retour sur l'ananas.
La troisième en revanche est plus douce et végétale, les saveurs d'ananas ne revenant qu'au moment où la liqueur refroidit un peu, avec une petite pointe des saucisses qu'on retrouve dans les parfums. La suite sera du même tonneau, de plus en plus doux, pour ne plus laisser qu'une belle dernière infusion contenant peu de saveurs mais d'une grande douceur.


Texture : Une sensation de picotement passe sur la langue avec la liqueur, qui a autrement une texture crémeuse et épaisse. Comme tous les thés de Hiruma-san, la longueur en bouche est extraordinaire -- mais sinon c'est doux, c'est simple, c'est bon.
Un petit brûlement d'estomac à la première infusion me crispe, mais ça s'atténue rapidement et les suivantes passent comme du beurre. J'en conclus que c'était une réaction de l'estomac matinal mal réveillé, peut-être couplé d'une réaction réflexe liée à ce qui s'est produit lors de la dégustation d'hier. Ouf ! =)


Sons : Au début j'étais parti sur une version arrangée de "Gerudo Valley", qui fait partie de la trame sonore du jeu Ocarina of Time. Ça me semblait adéquat, vous savez, une chanson rouge pour un thé vert, quelque chose de complémentaire et tout. Mais la version qui me plaisait le plus, celle de Taylor Davis, manquait de moelleux et du coup ça ne collait pas.
Finalement, après quelques recherches, je suis revenu à mes premières amours et c'est donc le "Zelda Medley" de Lindsey Stirling qui gagne. Bien que la partie du medley consacrée à "Gerudo Valley" soit minuscule et tronquée, elle est superbement créative -- et donc voilà, je vous offre une interprétation théâtrale avec une mise en scène dramatique pour accompagner un thé qui nous en met plein la bouche.



Couleurs : Je ne sais pas pourquoi, alors que les thés verts de Chine ou de Corée se déclinent en différentes couleurs allant du rose au bleu, les verts du Japon jusqu'ici ont toujours des teintes vertes à l'exception du Hojicha (qui n'a plus grand-chose à voir avec un thé vert du coup). Ici ce sont des tourbillons de vert parsemés d'étincelles vert pomme, jaunes et blanches sur un fond noir et profond qu'on distingue à peine derrière tout ce vert.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire