jeudi 3 mars 2016

2012 – Bang Xie Maocha, Mr. Feng, Bang Xie, Shahe, Shuangjiang, Lincang, Puerh Asia


Informations et provenance : Voici le deuxième échantillon dans la série des maocha de Bang Xie : celui de 2012. Comme mentionné dans la précédente dégustation, il s'agit d'un échantillon généreusement offert par Sébastien, du blog Vacuithé, que je remercie chaudement.


Détails d'infusion : 5 gr. / 125 ml en LongDan DuanNi. Eau filtrée Brita, chauffée en continu à 100°C en Glass Kettle. Rinçage flash. Temps d'infusion : 15s. - 10s. - 20s. - 25s. - pause - 30s. - 35s. - 40s. - 50s. - 60s. - suite au jugé. Total de 10 infusions.


Vue : Le maocha de 2012 est aussi beau que celui de 2010 -- les feuilles semblent légèrement plus larges que celles de la version précédente, mais on se trouve dans la même palette visuelle. La liqueur en revanche est nettement plus claire, d'un jaune lumineux légèrement trouble sur laquelle se forme facilement de l'écume.


Odeur : L'odeur des feuilles sèches est très différente de celle de son frère de 2010 -- plutôt que des notes animales, je perçois ici quelque chose de frais et mentholé, avec une petite pointe de sève épicée qui chatouille le nez. Dans la théière préchauffée en revanche je reconnais bien l'air de famille : je retrouve avec un certain plaisir cette odeur de bois sec et de poussière, de poivre frais mêlé cette fois encore d'une note mentholée.
L'acidité des feuilles humides de la version 2010 n'est pas encore aussi présente dans cette version -- c'est à la fois sucré et fumé, avec quelque chose qui me rappelle les pépins de raisins. Sous le couvercle en revanche c'est carrément du marc de raisin, des épices, du sucre -- des parfums que je retrouve également dans le fond de tasse. Finalement la liqueur, elle, dégage une odeur fraîche de sève et de musc sucré.


Goût : La première infusion est très fraîche et végétale, faite d'un menthol très médicinal qui est presque du camphre mais pas tout à fait -- pas encore, j'ai envie de dire.
La deuxième infusion, semblable à la première, développe quelques notes poivrées. Jusqu'ici, je trouve les saveurs de ce thé plus fines et élégantes que celles de la version 2010.
Une petite amertume apparaît dans la troisième infusion et ramène avec elle des saveurs de sève et de bois vert. Ça goûte la forêt.
Puis une pause pour calmer l'estomac qui semble avoir un peu de mal avec ce jus de nature.
Au retour de la pause, l'amertume s'est développée et soutient avec une belle efficacité le duo menthol et sève d'arbre, qui envahit la bouche jusqu'au creux de la gorge.


Texture : La liqueur est plutôt ronde, faite d'une texture soyeuse qui assèche pourtant la bouche. Elle offre cependant une belle persistance mentholée sur la langue et derrière le voile du palais, qui y demeure longtemps après avoir avalé, ainsi qu'une sensation poivrée qui joue sur la langue à partir de la troisième infusion. Cependant pas grand-chose d'autre ne persiste -- quelques échos de musc ici et là mais rien qui ne soit vraiment présent au-delà du menthol.
Ce thé me laisse avec un petit pic d'énergie, mais celui-ci retombe rapidement -- cela dit, c'est peut-être dû à la pause entre la troisième et la quatrième infusion.


Sons : J'accompagne cette dégustation de "Willow's Waltz" par The Gothard Sisters. C'est une pièce enjouée et vive, légère et sautillante -- une pièce par laquelle la jeunesse des compositeurs et interprètes est célébrée à coups d'archet et de pincement de cordes. Je l'associe à ce thé parce que ses saveurs de sève et de menthol, associées à sa nature joueuse, sont aussi rafraîchissantes que cette petite valse aux influences celtiques et irlandaises traditionnelles.



Couleurs : Spirales et farandoles vert menthe sur fond noir, accompagnées de courbes jaunes et de pointes roses -- ces formes et couleurs tournoient de façon un peu erratiques, certaines en laissant des traînes lumineuses derrières elles.

2 commentaires:

  1. un de mes petits chouchous ce maocha.
    je ne sais pas dans quelle mesure le fait d'avoir patienté un peu (beaucoup ^^) dans un sachet plastique n'a pas un peu dégardé ce puerh.
    faudrait que je fasse le tour de ma boîte à sample parce que je suis également du genre à laisser un peu trop traîner les échantillons =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oops, j'avais pas vu ton message ! Faut que je me souvienne de passer dans ma boite Gmail moi...

      Mais sinon t'as de la chance, celui-là n'a pas patienté longtemps dans son sachet. ^^ Comme les photos l'indiquent, c'était une dégustation faite dans mon ancien appart, quelque part début 2014 donc (avant mai très probablement, plutôt entre janvier et mars à mon avis vu que c'est le moment où j'ai bu le plus d'échantillons).

      Le 2013 a patienté lui en revanche, c'est l'un de ceux que je compte boire bientôt pour voir -- mais il a été gardé à l'abri dans la petite boite de carton avec d'autres sheng uniquement, donc à mon avis il devrait avoir survécu. ^^ On verra bien. =)

      Supprimer