jeudi 3 mars 2016

2006 – Pasha "Certifié Bio", Haiwan Tea Factory, Gelanghe (Meng Pasha), Menghai, Xishuangbanna, Yunnan Sourcing


Informations et provenance : Voici un thé que j'ai reçu en échantillon de Vincent, qui lui se l'était procuré via Yunnan Sourcing. Il s'agit d'une galette qui comme son nom l'indique est certifiée bio. J'ai cru qu'elle avait été présentée sur Puerh.fr dans l'article concernant Haiwan, mais en fait les emballages sont différents, du coup il ne s'agit probablement pas de la même.
Qu'à cela ne tienne ! Celle-ci est encore disponible à la vente (à un prix qui me fait hausser les sourcils, mais il vrai qu'elle a pratiquement 10 ans cette galette), et comme toujours si vous connaissez quelqu'un qui en a fait un compte-rendu, faites-moi signe.


Détails d'infusion : 5 gr. / 150 ml en terre Duan Ni et tasse de Carmen Abdallah. Eau filtrée Brita, chauffée en continu à 100°C en bouilloire de verre. Rinçage flash. Temps d'infusion : 15s. - 15s. - 20s. - 25s. - 30s. - pause - 40s. - 50s. - 90s. Total de 8 infusions.


Vue : La galette très, très compressée -- le petit échantillon est arrivé d'un seul pain et c'est terriblement difficile d'y glisser le pic pour le déliter un peu avant de le mettre en théière. Les feuilles sont sombres, de brun moyen à marron avec quelques bourgeons beiges -- mouillées, en revanche, elles retrouvent leur couleur verte d'origine. La liqueur, elle, est plutôt trouble et d'un jaune sombre tirant sur l'orange.


Odeur : L'odeur des feuilles sèches est intéressante, difficile à définir -- c'est sucré, un peu fruité, un peu musqué... oh, une pointe fraîche qui rappelle l'air de montagne...
Posées en théière chaude, j'y décèle un parfum de fruits secs. Abricots ? Prunes ? Ou alors plutôt papaye ? C'est sucré et doux, avec une certaine lourdeur.
Les feuilles mouillées et la liqueur ont toutes deux un parfum un peu acide de fumée et des notes de pruneaux secs, tandis que le couvercle lui est extrêmement sucré, avec une pointe de noix (amandes grillées ?) mais surtout sur un pôle fruité rappelant les pâtes de fruits.
Enfin le fond de tasse a un début très fumé, puis tombe sur des parfums sucrés et musqués "sombres" -- mais c'est peut-être dû à la tasse dont c'est le baptême.


Goût : À priori la première infusion est particulière -- les saveurs ne sont pas très présentes, c'est plutôt fumé et inintéressant... jusqu'à ce que la liqueur soit avalée, et là wahou ! GROS retour sur les fruits et le musc en rétro-olfaction.
La deuxième infusion est beaucoup plus intéressante, un peu plus amère, ça porte mieux les saveurs. Les notes principales sont encore dans des nuances de fumé et de boisé, mais c'est la rétro-olfaction qui donne vie à ce thé.
Les troisièmes, quatrièmes et cinquièmes infusions ne font que confirmer cette impression : les saveurs fumées et boisées s'atténuent lentement, le fruité et le musc s'insèrent lentement dans la liqueur elle-même, qui semble rajeunir. C'est de plus en plus intéressant.

Puis je prends une pause pour manger, parce que mon estomac commence à souffrir. Ça me prend environ une demi-heure, pendant laquelle le thé attends sagement dans sa théière.

Sauf que quand je reviens faire la sixième infusion, plus rien ! Une tasse d'eau chaude.
Au début je me suis dit que j'ai dû infuser trop court par erreur, que j'avais mal noté le temps précédent et tout... Donc j'infuse la septième un peu plus fort, mais rebelote : une tasse d'eau chaude.
Du coup je m'énerve, à la huitième je pousse encore un bon coup en passant de 50s. à 1m.30s., et... encore rien ! o.O


Qu'est-ce qui s'est passé ? Il n'a pas supporté la pause d'une demi-heure ? On ne parle pas d'une pause d'une nuit pour reprendre le lendemain là, on parle d'un temps raisonnablement court que j'aurais parfaitement pu prendre à n'importe quel moment de l'infusion pour répondre à un coup de téléphone. Quelle fragilité !
Ou avait-il déjà tout donné à six infusions ? Ça semble presque impossible...

Je ne sais pas ce qui s'est passé, peut-être suis-je passé complètement à côté... Si vous l'avez goûté, j'aimerais bien avoir des retours du coup.


Texture : La texture est épaisse et huileuse, très agréable en bouche. Une grande énergie monte dès la troisième infusion, avec un accès de fébrilité -- mais tout ça retombe très rapidement, durant peut-être un maximum d'une demi-heure là où un autre thé me donnera envie de courir pendant plusieurs heures. Évidemment, après la cinquième infusion, là non plus il n'y a plus rien...


Sons : Rêve de l'Enfant, par Yom. Morceau un peu étrange, onirique comme son nom l'indique, qui contient deux lignes musicales convergentes -- celle du clavier est la majorité du temps un peu nostalgique/atmosphérique, celle de la clarinette plutôt narrative/active. Leur effet est cependant complémentaire, et parfois l'on retrouvera des pointes atmosphériques dans la clarinette, des pointes narratives au clavier. C'est très particulier.
Ce Pasha me fait penser étrangement à cette musique -- une ligne de saveurs (légèrement fumé, boisé ?) et de texture (épaisse, huileuse) plus "atmosphérique", et le retour en bouche fruité/musqué qui donne toute son importance aux saveurs/textures dont on réalise alors qu'ils supportent le retour en bouche plutôt que le contraire.


Couleurs : Les couleurs que je vois, bien que différentes, me donnent une impression général de -- vous savez, ces déserts où il y a des formations rocheuses rouge-orangé, un peu de sable et quelques arbres rabougris ? Bref l'image que j'ai en tête me rappelle ce type de désert au crépuscule, lorsque le soleil vient de se coucher, que la lune qui se lève est encore grosse et jaune et que sa lumière est plus chaude que celle qu'elle envoie au milieu de la nuit.
Autrement dit j'ai de l'orangé brun, des flashs de vert pomme un peu acides, quelques notes de pourpre en arrière-plan et beaucoup de texture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire